Fuite en avant au moment de la fusion des universités

  1. Rejets de demandes fortement déséquilibrés au vu du dossier et projet
  2. Rédaction à l'arrache de ma théorie mathématique avec plein service
  3. Questions écrites mentionnant un harcèlement
  4. Autres coincidences et statistiques notables notables sur la période
    1. Multiple décisions de la section 27 du CNU
    2. Purge de la section 6 du comité national du CNRS
    3. Onze invitation au LIMOS et une nomination au Collège de France
    4. Cinq postes d'enseignant chercheurs en informatique à l'UCA

1. Rejets de demandes fortement déséquilibrés au vu du dossier et projet

Au moment de la fusion des universités, j'avais l'occasion de sortir la tête de l'eau, et c'est là que j'ai pris deux grands coups sur la tête, l'un du Conseil National des Universités (CNU, Section  27), l'autre du CNRS. Selon moi, à ce moment, c'était irréparable et la statistique était formelle : c'était la prison pour un certain nombre d'entre eux.

Références :

Informations paradoxales sur les délégations au CNRS (1)
Informations paradoxales sur les délégations au CNRS (2)
Informations paradoxales sur les délégations au CNRS (3)
Explications sur les contexte et les motivations supposées des instance nationales d'évaluations (1)
Explications sur les contexte et les motivations supposées des instance nationales d'évaluations (2)
Demande de suivi de carrière et conclusions non écrites.
(sur recommandation du ministère)
Notifications de rejet de demandes à caractère fortement déséquilibré au vu du dossier et du projet
Critères officiels de la section 7 du CNRS (l'autre section de l'INS2I)

2. Rédaction à l'arrache de ma théorie mathématique avec plein service

Du coup, j'ai rédigé la théorie mathématique que je méditais depuis 20 ans, avec dans l'idée de créer mon entreprise (vu que j'ai aussi quelques compétences techniques). L'idée était de couper court à la réponse bâteau et passe partout comme quoi "le projet n'est pas crédible"...

Références :

Théorie Mathématique faisant date sur un certain nombre d'idées et résultats

3. Questions écrites mentionnant un harcèlement

Puis j'ai commencé à poser des questions aux différentes instances en mentionnant le harcèlement :

Questions et échanges avec le CNRS sur la période
Questions et échanges avec le CNU sur la période
Questions et échanges avec mon université sur la période

Je n'ai aucune réponse formelle à ce jour, ce qui constitue une violation claire de mes droits par les différents organismes destinataires ou leurs représentants.

4. Autres coïncidences et statistiques notables sur la période

4.a. Multiples décisions de la section 27 du CNU :

S'agissant du CNU 27, c'est relativement simple, puisque les mêmes personnes physiques se sont réunies à plusieurs reprises pour prendres les différentes décisions, dont la statistique semble significative sur une mandature. Certains membres, qui appartiennent à la communauté Géométrie Discrète, et/ou qui apparaissent dans d'autres parties du dossier (comme A. Montanvert), outre leur proximité avec certains membres de mon labo qui sont des Zombies depuis longtemps.

Cette pluralité d'actes qui, dans le droit français, est un élément essentiel de la caractérisation du harcèlement moral, est ignorée dans la réponse du MESRI à mon courrier adressé à le Ministre, Mme Vidal, qui est par ailleurs un faux concernant les demandes de délégations au CNRS. Le courrier du MESRI évoque aussi "l'intérêt porté par mon université au projet auquel vous participez", ce que la réalité dément, et singulièrement, lors du kickoff meeting du projet Européen Indepth qui est postérieur à cette réponse du MESRI.

4.b. Purge de la section 6 du comité national du CNRS :

S'agissant de la section 6l du CNRS, c'est aussi saisissant, puisque lors du changement de mandature (qui donne lieu à une élection) qui a immédiatement suivi le rejet bien ficelé de ma première demande la section 6 a été entièrement purgée : aucun des membres de la précédente n'a été reconduit.

Je pense que cela ne correspond absolument pas à l'usage dans ce type de comités, où les gens sont susceptibles de faires plusieurs mandats (par exemple 2 ou 3), et peuvent prendre du galon d'un mandat à l'autre, en entrat dans le bureau, puis en prenant éventuellement la présidence quand on connaît les ficelles...

Cependant, je dispose à ce sujet d'un témoignage de quelqu'un de l'IRISA qui atténue la valeur de ce hasard (qui à mon avis demande à être confirmé, même si c'est un statisticien...)

Voir la réponse du président de section, manifestement maladroit et inexpérimenté dans la partie sur le traitement du projet COST Indepth

4.c. Onze invitation au LIMOS et une nomination au Collège de France :

J'ai reçu 11 invitations à un déjeuner buffet qui permettait d'échanger avec un délégation en visite du CNRS, approche busieness as usual en amont de l'évaluation HCERES du laboratoire. L'événement a été repoussé une fois, et s'est finalement tenu le 14 juin 2018.

J'avais eu, lors de la vague précédente, toutes les peines du monde à obtenir un entretien entre deux portes avec le DAS CNRS Jean Mairesse entre deux portes, ce qui, à l'époque, manifestait un changement de posture remarquable et de mauvais augure de la part du CNRS, même si je n'ai jamais eu l'honneur de faire un exposé lors des trois évaluations et autres occasions de présenter les travaux du LIMOS lorsque j'y émargeais.

(Voir aussi les échanges froids avec Jean Mairesse en amont du rejet de ma demande de délégation évoquée ci-dessus....)

J'étais échaudé, et je pensais que si les représentants du CNRS souhaitaient me parler, à ce stade, ils devaient me contacter personnellement, en réponse à mes courriels évoquant un harcèlement et un traitement déséquilibré. En outre, ce genre de réunion est prévu surtout pour les chercheurs qui ont une visibilité interne au laboratoire, ce qui n'était pas mon cas. Je n'ai donc pas répondu aux doodle, et je suis allé nager au lieu d'aller au buffet.

Or, le lendemain était annoncé (par surprise) une nomination sur une chaire au Collège de France en sciences du logiciel. Autre fait remarquable : il n'y a pas eu l'annonce sur le site de l'INS2I pour cette chaire en plein dans le domaine scientifique de l'institut en question.

Gérard Berry, Professeur émérite au Collège de France, explique qu'il ne comprends pas mes allusions à des coïncidences, et que des personnalités comme le président du CNRS (qui est informaticien), ou le président de l'INRIA (organisme d'où est issu l'heureux Élu), ne sont pas consultés pour la création d'une telle chaire ou la nomination.

4.d. Cinq postes d'enseignant chercheurs en informatique à l'UCA :

Il y a eu, dans mon université, cinq postes permanents d'enseignant-chercheurs en informatique la même année, ce qui ne s'est jamais vu. Il faut dire que le département informatique a vu sont taux d'encadrement en permanents informaticiens baisser pendant la période où j'étais au placard, après le passage à la LRU, par des redéploiment vers d'autres disciplines et composantes qui sont maintenant décidés par la gouvernance de l'université..

Nous dirons qu'il s'agissait d'un juste rattrapage vis à vis du dénuement des formations qualifiantes en informatique dont je faisais moi-même état dans l'un de mes courriels à l'OPECST...

Voir aussi la partie sur le foutage de gueulle au niveau des formations.